Facebook

La Pause

Twitter

La Pause

Instagram

Soundcloud

14

Juil.

[REPORT] 3 jours heureux sous la pluie au Garorock 2017

Par Gaspard à 17:41 | Focus-Vinyle, Hip-Hop, hors-slideshow, House, sortir, Techno, Vinyle

La météo l’avait annoncé, les festivaliers s’y étaient plus ou moins préparés, il a plu cette année à Marmande pendant Garorock. Mais comme dirait l’expression « rien n’arrête un peuple qui danse » c’est du moins ce qu’ont pu prouver les quelques 105 000 festivaliers venus de toutes la France s’amuser le temps de 3 soirées. Viens, on t’emmène avec nous !

Le vendredi

Le premier gros nom fut Georgio… L’artiste n’était pas venu seul. D’abord il y avait Sanka son backeur et puis surtout sa « famille » (son public). Le concert avait beau ouvrir le festival, les fans n’ont pas manqué à l’appel. Ce soutien n’a pas non plus failli lorsque sont arrivées les premières gouttes. Car oui, les nuages n’ont pas perdu leur temps et la pluie est vite venue.

 

georgio2
georgio

Juste le temps d’enfiler un k-way et(/ou) une cape de pluie (les bottes l’étaient dès l’arrivée au camping) pour apercevoir sur l’autre grande scène. Alors qu’on pouvait s’attendre à ce qu’elle soit plutôt en retrait (finalement ses tubes les plus connus sont des featurings), la danoise a su se mettre en avant pour convaincre son public que sa voix n’était pas qu’autotune.

 

 

Mais si les deux scènes principales sont intéressantes, la « scène du Trec » où passent les artistes moins connus reste un incontournable. Premièrement au sens propre car elle est près du camping, deuxièmement au sens littéral car on y fait toujours des bonnes découvertes. L’année dernière nous avions pu découvrir Thylacine, cette année ce fut Tommy Cash. Rappelant Die Antwoord (qui avaient d’ailleurs foulé les terres marmandaises deux années auparavant), l’estonien avait surtout en commun un drôle d’accent, une grande énergie et une excentricité qui donne cette saveur si particulière à cette scène.

 

 

Cependant Garorock ne serait pas garorock sans rock. C’est d’ailleurs ce qu’on avait pu lui reprocher l’année dernière (millésime particulièrement électro). Cette année la leçon a été retenue avec Foals. Un show sans réel temps fort ni temps faible où l’on a quand même pu admirer le charisme du chanteur.

 

 

Ce qui frappe avec Phoenix : leur âge. On en vient même à se demander s’il arrive un âge où l’on est trop vieux pour faire de la musique. Visiblement, la réponse est non. Non pas que l’on n’ait pas ré-entendu 100 fois ce même refrain de Lisztomania et que, même 8 ans plus tard, on se surprend toujours à aimer le chanter mais surtout que l’énergie du groupe demeure intact. Pour preuve ce bain de foule effectué sans le moindre problème sur plusieurs mètres.

 

pheonix2
phoenix
pheonix4
pheonix3

Le samedi

Sud-Ouest oblige, le lendemain, les hostilités commence avec une arrivée de La Femme sur fond de Paquito Chocolatero. On est d’abord surpris de voir que la femme c’est plus de deux membres (avec les danseuses, 8 sont sur scène). Puis, on se laisse envouté par ce concert comme on l’a été avec leur dernier album Mystère. On craignait que la performance sonne aussi peu convaincante que celle du Quotidien, mais (peut-être faudra-t-il remercier le public déjà quelque peu éméché ou les balances perfectibles) le spectacle n’a eu aucune fausse note. Plus surprenant, le groupe a réussi à faire naître un pogo sur du rock aussi doux.

 

 

Se suivent ensuite London Grammar et MIA, une (très) belle voix pour la première et une bonne ambiance pour la seconde. Cependant, il y a de quoi préférer le Garoclub. En effet, au même moment, jouait JUMO. Mais alors qu’est-ce que le Garoclub ? La 4ème scène (hors-camping) du festival. Il s’y succèdent des DJs house comme techno avec de très courts battements (une dizaine de minutes). Vous l’aurez compris, si la grande scène ne vous convainc pas et que la petite est vide, profitez du dancefloor (de gadoue) ! Les noms qui y défilent ne sont pas toujours très connus mais la fête et les jeux de lumières sont toujours présents.

Pour poursuivre dans cette lancée électro, on pouvait vibrer au rythme des basses de Vitalic. Sur scène comme une figure christique – seul sur son estrade et des lumières (divines ?) en fond – le français apparait comme un sauveur lorsqu’il lâche le drop dont le public semble tant avoir besoin.

Électro, ce samedi soir l’était résolument. En effet, après Vitalic, Mr. Oizo a enchainé avec un set sage et convaincant. Très basseux, parfois dubstep, assurément moins breakbeat et experimental qu’All Wet (son dernier album). Score : 1 drop raté (dans la bonne humeur) sur une quinzaine. Reprenant des sons d’autres artistes (Pump Up The Jam, Harder Better Faster Stronger), Oizo a su s’adapter à un public plus large (même s’il passait à 2h30)

La soirée s’est ensuite terminée avec le live de la (trop ?) calme Stand High Patrol. Une belle berceuse.

 

Le dimanche

Le premier artiste réellement attendu de ce dernier jour de festival était Petit Biscuit. Du haut de ses 17 ans, le jeune producteur ne se laisse pas impressionner par la foule. Peut-être que le fait que ce dernier soit essentiellement constitué d’adolescentes (parfois venues avec leurs parents) aide. La présence sur scène est réelle (c’est d’ailleurs sans doute l’artiste le plus communicatif du festival) mais rien n’y fait : si l’on n’aime pas Petit Biscuit sur internet, on ne l’aimera pas en live.

 

Mais le succès de Petit Biscuit n’était rien face à celui de Mac Miller. Le “rappeur juif le plus cool” a fait l’unanimité. Communicatif, il a su instaurer une très bonne ambiance en cette fin de journée.

 

 

Retour du rock, retour des pogos : Royal Blood a pris le relai. Couvert d’une veste en cuir, Mike Kerr, le chanteur et bassiste, s’est vite retrouvé en t-shirt pour réussir à tenir sa performance. Enchainant solos de basse et de batteries, le duo de rock britannique a mis le feu aux terres marmandaises.

 

© Teddy Morellec / La Clef

 

Concert de clôture des plus attendus, le duo Justice a été on-ne-peut-plus à la hauteur. Alors que leur dernier album Woman ne faisait pas réellement l’unanimité – jugé trop rétro et tranquille – leur concert aura finalement été tout l’inverse. Lorsque Mr. Oizo avait choisi d’aseptiser sa prestation, Justice ont choisi de délivrer un show agressif et spectaculaire. Avec ses magnifiques jeux de lumières et ses grosses basses (36 amplis s’ajoutaient à celles déjà présentes), que justice soit fête.

 

 

Bonus : Gadourock

 

DSCF7073
DSCF7074
gadourock2
DSCF7080
photo5992404922353690840
gadourock
photo5992404922353690839
photo5992404922353690838

 

© de toutes les photos : Gaspard Dareths (sauf mention contraire)

JE SUIS CHAUD(E) !









captcha

×

CONTACTE-NOUS FRANGIN(E)









captcha

×

MENTIONS LEGALES

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.la-pause.net l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Jean-Marc Desfougères, 16 rue du mail, 89100 Sens.
Web Designer : Julien Pradier / www.julienpradier.com
Développeur : Ghislain Ravaux
Responsables : Jean-Marc Desfougères & Clément Machenaud.
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Hébergeur : Godaddy / 14455 N Hayden Rd #219 / Scottsdale / AZ 85260 / États-Unis

L’utilisation du site www.la-pause.net implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.la-pause.net sont donc invités à les consulter de manière régulière.
Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par www.la-pause.net, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.la-pause.net est mis à jour régulièrement par notre équipe. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

Le site www.la-pause.net a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Nous nous efforçons de fournir sur le site www.la-pause.net des informations aussi précises que possible. Toutefois, nous ne pourrons être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui nous fournissent ces informations.
Tous les informations indiquées sur le site www.la-pause.net sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.la-pause.net ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Julien Pradier est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Julien Pradier.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

Julien Pradier & Ghislain Ravaux ne pourront être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.
Julien Pradier & Ghislain Ravaux ne pourront également être tenus responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.la-pause.net.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Julien Pradier se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Julien Pradier se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.la-pause.netpeuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.la-pause.net, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.
En tout état de cause nous ne collectons des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.la-pause.net. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.la-pause.net l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.la-pause.net n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat du site www.la-pause.net et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.la-pause.net.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles.

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.
Le site www.la-pause.net contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Julien Pradier. Cependant, il n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.la-pause.net est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :
Sous Internet Explorer : onglet outil / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.
Sous Netscape : onglet édition / préférences. Cliquez sur Avancées et choisissez Désactiver les cookies. Validez sur Ok.
Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.la-pause.net est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

Loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

Lexique :
Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.
Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

×