Facebook

La Pause

Twitter

La Pause

Instagram

Soundcloud

14

Juin.

[INTERVIEW] Gildas, co-fondateur du festival brestois Astropolis

Par Mel à 15:38 | Focus-Vinyle, sortir, Vinyle

Depuis les premières raves qui ont marqué son parcours et constitué le déclic, jusqu’à la 23e édition d’un festival maintenant bien en place, Gildas, fondateur d’Astropolis, nous raconte son expérience et nous tease un peu sur la teuf qui approche maintenant à grands pas. Rencontre avec un passionné, toujours à l’affût, et grand contributeur du renouvellement de la scène électro d’aujourd’hui.

Photo : archive collector de Gildas mixant en 1997 avec Sonic Crew. Ça ne s’invente pas ! 


Cela fait plus de 20 ans qu’Astropolis existe. Comment était le Gildas de l’époque par rapport au Gildas d’aujourd’hui ? Et Astropolis ?

J’étais…plus jeune ! (Rires) Mais tout aussi passionné. Et aujourd’hui, friand de préserver l’état d’esprit que j’ai trouvé lorsque j’ai découvert cette musique de l’espace en 1993, très peu connue, encore marginale. Ç’a été comme un électrochoc ! En rave il y avait plein de gens différents, un peu en marge, lookés, de toutes les générations… Il flottait comme un état d’esprit libertaire. C’est l’identité que j’ai essayé de recréer avec Astropolis, avec un panel de musiques très différentes. En fait, le festival reflète mon état d’esprit personnel aussi : j’aime la diversité, rencontrer des gens et toute la richesse que cette culture électronique apporte. On s’est d’ailleurs battu pendant 15 ans pour prouver aux institutionnels que c’était une vraie culture.

Une culture qui s’est élargie au plus grand nombre aujourd’hui, moins en marge. Qu’en penses-tu ?

On est dans l’âge d’or de la techno. Je suis très content et fier que ce mouvement soit au top ! En Bretagne, pour la jouer un peu chauvin, on trouve de vrais passionnés qui défrichent. Par exemple, il n’y a pas longtemps a eu lieu le festival Paco Tyson à Nantes, dans cet état d’esprit. Des collectifs qui ne veulent pas faire du pognon avec cette musique, mais au contraire vont prendre des risques, faire vivre cette musique.

Sur les festivals techno, c’est vrai qu’on a souvent les mêmes têtes d’affiches, bien que ce soit important pour financer les festivals, et je le comprends. De notre côté, on aime encourager la scène régionale via le Tremplin Grand Ouest par exemple, des gens qui veulent vivre de leur musique. Pourtant, aujourd’hui, c’est compliqué si tu n’as pas une structure qui t’accompagne car tu passes inaperçu. Avant, on sortait un disque, si ça marchait, l’argent rentrait ! Mais aujourd’hui ce n’est plus du tout la même chose pour les artistes. Alors je suis content de donner un coup de pouce à ceux qui sont motivés, de les accompagner. Je viens de l’associatif, Astropolis restera une association, et notre objectif sera toujours d’accueillir de jeunes collectifs, pouvoir discuter et partager nos visions intergénérationnelles.

À un mois du festival, la pression monte ou tu es tranquille car habitué à la machine ? 😉

La pression monte toujours ! Là j’avoue être un peu en phase de digestion, car le week-end dernier on organisait la Spring au château de Keriolet. Mais oui, même à la 23e édition la pression reste toujours là ! J’espère être à la page, toujours insuffler une dynamique au festoche. Et puis pression pour la météo ! L’année dernière à la clôture il a plu toute la nuit ! Alors pour certains c’est rigolo de se rouler dans la boue, mais pour d’autres… Et puis cette année est encore spéciale, avec les attentats, on a beaucoup de mesures et de fouilles à mettre en place, or la sécurité ça peut peser lourd dans le budget d’un festival. Alors oui du stress, mais la passion reste intacte ; le jour où je ne le ressentirai plus… je me poserai des questions !

Quels sont les nouveautés ou spécificités de cette année ?

On apporte tous les ans des nouveautés : pour la soirée au Manoir de Keroual, on aura des mises en scène et des décorations différentes, grâce au travail du collectif Vortex-X. Dans un esprit récup-recyclage, ils récupèrent des fournitures de grosses usines de textiles du nord de la France, et en font de belles structures et objets d’art. De notre côté aussi on essaie, en tant que festival, de se positionner sur une politique de développement durable. On fait partie d’un collectif pour le développement durable et solidaire en Bretagne, dans le cadre duquel on fait de la prévention, de la sensibilisation ; on met en place les consignes, une réduction pour l’aller/retour en TER depuis n’importe quelle gare bretonne, etc. Toutefois, ces dernières années, je trouve que l’esprit écolo piétine : les gens se sont adaptés et habitués, sont de moins en moins sensibles, le site est plus crade depuis 2-3 ans… Alors on essaie de trouver de nouveaux outils : l’art notamment peut faire passer de nouveaux messages ; d’où cette déco / récup sur le site, très belle et qui peut en même temps sensibiliser.

Qu’est-ce qui guide vos choix dans la prog ?

Je suis celui qui m’occupe de la prog principalement, mais je reste à l’écoute de l’équipe du bureau. Cette année, elle nous correspond bien je trouve, avec quelques pionniers bien sûr, mais aussi des artistes de la région ou des gens qu’on a moins l’habitude de voir sur des festoches techno traditionnels, comme Ben Frost. Ce que j’aime dans ce festival, c’est ce côté déambulation : j’aime voir le public passer d’une scène à l’autre, laisser libre cours à sa curiosité.

Des coups de cœurs personnels ?

Je dirais Ben Frost, j’ai hâte de voir son nouveau show. Aussi The Black Madonna, elle est généreuse et libérée aux platines, elle a motivé beaucoup de DJettes à se lancer. De plus en plus de femmes se jettent à l’eau, et c’est super ! Il y a bien sûr Jeff Mills, qui fait partie de notre histoire. Objekt, dont je suis fan… Joy Orbison et Barnt ça va être un super moment, pour le lever du soleil… Le Beau Rivage x Piknic Électronik devant la mer… tout est coup de cœur quand on fait la prog !

Comment la ville, son patrimoine, ses artistes, ses lieux de vie, s’intègrent dans le cadre du festival ?

On organise plein de petits concerts ou DJ sets tous gratuits un peu partout dans Brest, pour faire découvrir notre belle ville. On s’approprie plein de lieux : les parcs, un tout nouvel endroit près de l’arsenal où il y a un téléphérique, de vieux bâtiments pour accueillir des expos, de la culture… On occupe les salles, et les clubs bien sûr. Tout cela forme un joli mélange. L’idée est de favoriser les moments hors du commun, les rencontres, car au fond c’est ça qui reste en souvenir…

Un mot sur Manu le Malin, figure de proue du festival. On l’a récemment découvert d’encore plus près avec le docu « Sous le donjon de Manu le Malin ». Quelle relation entretenez-vous avec l’artiste ?

C’est un ami avant tout. Il a joué à la 1ère édition d’Astropolis, et depuis n’en a pas loupé une seule. On programme la scène Mekanik ensemble, depuis toujours. On l’accompagne aussi sur l’année pour son booking, et on vient de sortir l’AR08 qui est une collaboration entre Electric Rescue et The Driver sous l’alias W.LV.S ! Mais je suis surtout fan de l’artiste, il a une aura, un charisme sur scène qui est rare dans ce milieu. Et une grande technique, surtout en vinyle.

Merci Gildas pour ta dispo et à bientôt sur le festoche !

Astropolis 2017, 30 juin > 2 juillet 2017, Pays de Brest  
Toutes les infos sur l’événement facebook, chope vite tes pass !

Découvrez également l’interview de Noé, fondateur du Sarcus Festival et le Festival Beauregard, musique et château magique

© Mathieu Le Gal

JE SUIS CHAUD(E) !









captcha

×

CONTACTE-NOUS FRANGIN(E)









captcha

×

MENTIONS LEGALES

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.la-pause.net l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Jean-Marc Desfougères, 16 rue du mail, 89100 Sens.
Web Designer : Julien Pradier / www.julienpradier.com
Développeur : Ghislain Ravaux
Responsables : Jean-Marc Desfougères & Clément Machenaud.
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Hébergeur : Godaddy / 14455 N Hayden Rd #219 / Scottsdale / AZ 85260 / États-Unis

L’utilisation du site www.la-pause.net implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.la-pause.net sont donc invités à les consulter de manière régulière.
Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par www.la-pause.net, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.la-pause.net est mis à jour régulièrement par notre équipe. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

Le site www.la-pause.net a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Nous nous efforçons de fournir sur le site www.la-pause.net des informations aussi précises que possible. Toutefois, nous ne pourrons être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui nous fournissent ces informations.
Tous les informations indiquées sur le site www.la-pause.net sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.la-pause.net ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Julien Pradier est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Julien Pradier.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

Julien Pradier & Ghislain Ravaux ne pourront être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.
Julien Pradier & Ghislain Ravaux ne pourront également être tenus responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.la-pause.net.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Julien Pradier se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Julien Pradier se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.la-pause.netpeuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.la-pause.net, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.
En tout état de cause nous ne collectons des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.la-pause.net. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.la-pause.net l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.la-pause.net n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat du site www.la-pause.net et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.la-pause.net.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles.

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.
Le site www.la-pause.net contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Julien Pradier. Cependant, il n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.la-pause.net est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :
Sous Internet Explorer : onglet outil / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.
Sous Netscape : onglet édition / préférences. Cliquez sur Avancées et choisissez Désactiver les cookies. Validez sur Ok.
Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.la-pause.net est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

Loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

Lexique :
Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.
Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

×